Thèse

la thèse de besson thibault

Effets d’une intervention en activité physique individualisée en condition

  • Résumé

Il est bien connu que le Trail running induit des altérations au niveau périphérique et central du système neuromusculaire. Il a été montré que la perte de force augmentait avec la durée de l'exercice, mais la différence entre hommes et femmes en terme de fatigabilité après un exercice de course prolongée est encore très peu étudiée. La majorité de la littérature scientifique relative aux différences hommes/femmes en terme de fatigabilité utilise des modalités de contraction très spécifiques (sur muscles isolés) afin d’en étudier les mécanismes sous-jacents, ce qui ne se transpose pas nécessairement à un exercice corps entier. Précédents travaux de notre laboratoire ont montré que, par rapport au femmes, les hommes perdaient plus de force maximale volontaires sur les extenseurs du genou et présentaient également plus de fatigue périphérique sur les fléchisseurs plantaires après une course d’ultramarathon. Il semble toutefois important de caractériser plus précisément les différences entre hommes et femmes en terme de fatigabilité, sur plus de participants et sur plusieurs distances de courses. C’est le premier objectif de ce projet de thèses.

Il existe des différences anatomiques, physiologiques et psychologiques bien connues entre les hommes et les femmes qui peuvent affecter les performances et la biomécanique de la course à pied. La recherche sur le développement des chaussures a beaucoup avancée afin de s’adapter à différents types de populations ou de styles de course/marche. La biomécanique de la locomotion étant dépendante du sexe, les hommes et les femmes s’adapteraient différemment à une même chaussure impliquant ainsi des besoins différents. Le deuxième objectif de ce projet doctoral est donc d'étudier les adaptations de la locomotion induites par la chaussure, combinées ou non à une tâche fatigante, chez les hommes et les femmes.

  • Objectifs

Caractériser et comprendre au travers d’une approche pluridisciplinaire les différences entre hommes et femmes lors de la locomotion humaine (marche, course).