Le projet scientifique

Le projet scientifiqueThématique 5

Appareil Locomoteur : Performance, Pathologie et Prévention

Introduction :


Cette thématique transversale étudie de manière interdisciplinaire les liens entre la performance motrice et la santé, à travers l’étude des déterminants de la performance motrice, des déterminants de la déficience et des pathologies de l’appareil locomoteur, et de la prévention des blessures. L’objectif général de ce thème est de prévenir la santé des sportifs et de promouvoir de la santé par le sport. Cette approche concernera différentes populations, du sportif de haut-niveau à la personne en situation de vulnérabilité. Les applications pratiques viseront l’amélioration de la performance, de la qualité de vie et de la santé. Chez le sujet sportif, la compréhension des déterminants de la performance motrice permet d’une part l’amélioration de la performance sportive, et d’autre part d’appréhender les facteurs physiopathologiques des blessures survenant lors de la pratique sportive et de développer des mesures préventives adaptées. Chez le sujet en situation de vulnérabilité et/ou de handicap, la compréhension des déterminants de la performance motrice permet d’une part l’amélioration de sa performance motrice et par conséquent de sa qualité de vie, et d’autre part de déterminer ses besoins et limites en terme d’activité physique pour promouvoir sa santé. Ainsi, cette problématique de recherche sera déclinée en 3 axes associant recherche fondamentale et appliquée : i) déterminants biomécaniques et neuromusculaires de la performance motrice ; ii) déficiences et pathologies de l’appareil locomoteur et rééducation ; iii) prévention des déficiences et pathologies de l’appareil locomoteur

1. Déterminants biomécaniques et neuromusculaires de la performance motrice

L’objectif de cette approche est d’améliorer la compréhension des déterminants biomécaniques et physiologiques de la motricité au cours des activités physiques : cycliques (course à pied, natation, pédalage, locomotion en fauteuil roulant), explosives (lancers, services au tennis ou sauts) et d’équilibration. L’analyse de ces phénomènes a pour objectif l’optimisation de la performance motrice chez le sujet sain ou en situation de vulnérabilité et/ou de handicap, et la prévention des blessures. Ces travaux porteront en priorité sur l’analyse :

            - des déterminants biomécaniques et bioénergétiques de la performance à l’exercice de type course à pied, sprint, saut, déplacement en fauteuil roulant, nage, service au tennis ou encore lors d’épreuves combinées (décathlon et heptathlon) en vue de déterminer l’apport relatif des différents groupes musculaires, les stratégies de distribution des moments articulaires et l’importance des relations force/longueur et force/vitesse.

-  de l’influence de la fatigue sur la performance motrice en vue de déterminer les facteurs limitant la capacité à l’effort et d’objectiver les stratégies d’adaptation de l’organisme à la fatigue.                -  des coordinations interarticulaires au cours de mouvements dynamiques par une approche globale (analyse quantifiée de la marche, de la force musculaire posturographique et de la mesure des capacités proprioceptives).

- des effets des vibrations sur les propriétés élastiques musculo-tendineuses et sur le développement des pathologies de sur-utilisation en tennis.

 

     2. Déficiences et pathologies de l’appareil locomoteur et rééducation

Compte tenu des liens étroit dans le laboratoire entre « sport » et « santé », la compréhension des phénomènes de déficiences de l’appareil locomoteur et de déficience motrice dans le cadre des pathologies touchant l’appareil locomoteur représente un axe fort de recherche. Ces travaux permettent de mieux comprendre les conséquences et retentissements de la pathologie pour le sujet, mais aussi de pouvoir élaborer des programmes de rééducation adaptée. Nous nous proposons donc d’analyser les adaptations/modifications de l’appareil locomoteur dans le cadre:

                         - du pathologies neurologiques et neuromusculaires (sujets paralysés cérébraux, blessés médullaires, FSHD) par une analyse globale à la fois du tissu musculaire, de la force musculaire, de la fonction de locomotion et de la performance motrice.

 -  du vieillissement, à travers l’analyse de la cohorte PROOF en collaboration avec le Laboratoire SNA- EPIS EA 4607. Il est à noter que certains travaux seront en lien avec ceux du thème 3 sur Déconditionnement/reconditionnement musculaire et thérapie par l’activité physique et de l’axe 5 (approche biologique et moléculaire de la dysfonction vasculaire de la cohorte PROOF).

                         -  Les maladies chroniques de type BPCO, maladies cardiaques et métaboliques, des pathologies néoplasiques, et les sujets atteints d’ostéogénèse imparfaite.

 

3. Prévention des déficiences et pathologies de l’appareil locomoteur

Les différents travaux sur la performance motrice et la physiopathologie des déficiences et pathologies de l’appareil locomoteur, associés au caractère pluri-disciplinaire du laboratoire (scientifiques et médecins) ont permis de tisser des liens étroits avec les acteurs de terrain (athlètes, entraineurs et fédérations sportives). Cette situation originale a favorisé l’émergence d’une compétence reconnue dans le domaine de la recherche sur la prévention de la blessure en sport. Il est à noter que la prévention des blessures en sport est un enjeu important pour tous les acteurs autour du sport, et représente un enjeu scientifique récent internationale pour les sciences du sport et la médecine du sport. Ainsi, en prenant pour modèle sportif l’athlétisme, et en suivant la méthodologie de recherche clinique décrite par van Mechelen et al. (1992), un certain nombre d’études épidémiologiques ont été conduites visant à mieux déterminer le contexte des blessures en athlétisme, et des travaux biomécaniques du mouvement ont été menés ayant pour objectif la compréhension des facteurs de risque de blessures. Les travaux de l’équipe s’attacheront à poursuivre ces travaux et à analyser :

                         -  l’incidence, la prévalence et les caractéristiques des blessures à travers des études épidémiologiques, en utilisant le modèle de l’athlétisme et d’autres modèles sportifs, en associant une réflexion sur la méthodologie du recueil des données et les critères de jugement ;

                         -  les facteurs de risque de blessure et les facteurs/critères prédictifs de reprise sportive, par une analyse globale et intégrée, biomécanique (biomécanique de la course, du sprint et du saut, contrôle sensori-moteur) et physiologique (système nerveux autonome, filières énergétiques), portant notamment sur les modèles des lésions des muscles ischio-jambiers, de la rupture du ligament croisé antérieur du genou, et l’articulation de l’épaule ;

                         -  l’importance de l’hyper-sollicitation et des mécanismes d’ « overuse » dans les facteurs de risque de blessure ;

                         -  l’efficacité de mesures/méthodes/protocoles de prévention des blessures (exercices, rééducation- réhabilitation, contention...).